L’ABRC reconnaît l’appui à la science ouverte déclaré par les ministres des Sciences du G7

Le 25 octobre 2017 – Dans le cadre de la Semaine du libre accès (du 23 au 29 octobre 2017), l’Association des bibliothèques de recherche du Canada (ABRC) souhaite exprimer son appui aux recommandations relatives à la science ouverte qui ont été formulées par les ministres des Sciences des pays membres du G7 et qui figurent dans leur récent communiqué (daté du 28 septembre 2017 – en anglais seulement).

À la suite de leurs réunions à Turin, en Italie, les représentants du Canada, de la France, de l’Allemagne, de l’Italie, du Japon, du Royaume-Uni et des États-Unis, de même que le commissaire européen à la recherche, à la science et à l’innovation, se sont montrés catégoriques dans leur appui d’un virage vers la science ouverte, en appelant à une collaboration internationale en vue de faciliter une transition rapide vers un paradigme de la science ouverte. Plus précisément, les ministres ont défini deux domaines d’action clés et ont chargé leur Groupe de travail sur la science ouverte d’accomplir ce qui suit : s’assurer que les évaluations de la réussite des chercheurs reconnaissent et récompensent les activités liées à la science ouverte, et favoriser une culture de gestion des données de recherche à grande échelle dans laquelle le dépôt, le partage et la réutilisation des données de recherche deviendraient la norme, et ce, à l’échelle mondiale.

Plus tôt cette année, l’ABRC a publié une Feuille de route sur la communication savante, laquelle expose les mesures concrètes à prendre en vue d’adopter un système de la communication savante qui soit ouvert, durable, efficace et innovateur. Il s’agit d’ailleurs d’un système qui est profondément ancré dans la science ouverte. Nous sommes heureux de constater que notre Feuille de route et ses initiatives qui en découlent s’harmonisent avec les domaines d’action définis par les ministres des Sciences des pays du G7. En outre, les responsables de l’initiative Portage de l’ABRC, qui est axée sur les données de recherche, collaborent avec d’autres organisations canadiennes clés depuis 2015 afin d’établir une expertise au sein des établissements universitaires qui est associée à la gestion des données de recherche, aux pratiques exemplaires de collecte et de conservation des données, et à l’infrastructure nationale de gestion des données de recherche. Ainsi, l’ABRC salue l’engagement pris par les ministres à l’égard du respect des normes et de l’utilisation de données de recherche ouvertes.

Nous sommes impatients de connaître la manière dont la ministre Duncan entend faire avancer les priorités établies par les ministres au Canada. Il est assurément possible de miser sur le succès de la Politique des trois organismes sur le libre accès aux publications, d’élaborer de nouvelles initiatives et mesures incitatives pour garantir un virage à grande échelle vers la science ouverte, de favoriser un changement de culture et de bâtir des infrastructures de soutien pour la gestion efficace et efficiente de la recherche menée selon les principes de la science ouverte. Les bibliothèques de recherche cherchent à jouer un rôle continu et renforcé dans les efforts déployés par le Canada en matière de science ouverte.

– 30 –

Les membres de l’ABRC comprennent les vingt-neuf plus grandes bibliothèques universitaires du Canada ainsi que deux bibliothèques nationales. L’amélioration de la recherche et de l’enseignement supérieur est au cœur de sa mission. L’ABRC développe la capacité d’appuyer cette mission, et favorise l’efficacité et la pérennité de la communication savante, ainsi que les politiques publiques qui permettent l’accès le plus large possible à l’information savante.

Pour en savoir plus, communiquez avec :

Susan Haigh, directrice générale
susan.haigh@carl-abrc.ca
613-482-9344, poste : 101